Mais encore…

Il m’a toujours été difficile de me définir en quelques mots ! Parce que j’ai l’impression d’avoir vécu plusieurs vies, que j’ai réalisé tant de choses, emprunté des chemins non balisés et que ma façon d’apprentissage n’a été ni académique ni intellectuelle !
Les adjectifs principaux qui peuvent me caractériser sont : autodidacte et intuitive. J’ai longtemps eu cette impression diffuse que je n’avais pas ou peu d’héritage familial ; c’est-à-dire cette sensation de savoir des choses par observation de mes parents ou par passation familiale. Du coup, je n’ai pas eu le choix, très tôt, d’aller en quête, de chercher, de me débrouiller seule et… de trouver mes propres solutions, mes propres avenues de compréhension et de réalisation de moi. Cela fait seulement une quinzaine d’années que j’assume pleinement et avec joie cette force de vie, l’autodidacte en moi.
J’ai tout à fait conscience que ces chemins ardus et inconnus que j’ai fréquentés m’ont définitivement amenée à être la personne singulière, multiple, originale et unique que je suis aujourd’hui, avec mes particularités propres à ma personnalité et ma façon d’avancer dans la vie et de concevoir les choses.
Je sais également que, même si j’ai longtemps pensé que je m’éparpillais à tous vents, que je papillonnais (c’est-à-dire que je perdais mon temps…) en essayant toutes sortes de choses, je peux aujourd’hui observer le fil rouge de ma vie. Parfois mince et tenu, parfois d’une évidente clarté, ma vie a suivi une logique implacable pour m’amener à qui je suis aujourd’hui.
Il est évident que certains passages de ma vie ont été plus significatifs que d’autres ; ainsi, les 18 ans passés au Québec entre mes 33 et mes 51 ans ont été une tranche majeure de ma vie de femme. Une tranche savoureuse, pleine et intense de réalisation de moi ! Ma façon d’être en relation avec l’autre dans le cadre de mon travail prend fondamentalement racine dans mes expériences de vie et je suis évidemment la somme de tout ce parcours de vie !
Voici dans les grandes lignes tout ce que j’ai fait dans ma vie, tout en étant maman et épouse !
Enseignante, traductrice d’espagnol et d’anglais, conteuse, artiste textile, animatrice d’ateliers de couture créative, taromancienne, accompagnante pour femmes, organisatrice d’événements sociaux. Et je peux affirmer que tout ce savoir a été découvert et vécu de façon expérientielle autodidacte (sauf la traduction que j’ai étudié à l’université).
Aujourd’hui, ma motivation première est de rendre service, prendre soin, aider et accompagner. J’ai le souci de redonner, partager, donner au suivant. Je sens que l’expérience accumulée, cette toile imbriquée de multiples couleurs représente une cartographie étonnante de ce que je peux offrir ! Rassembler et relier ces savoirs, expériences, connaissances donne un ensemble que je trouve tout à fait cohérent ; il ne s’agit plus de passer de l’un à l’autre mais de vivre le tout intégré, comme une osmose qui se met en place naturellement.
L’accompagnement que je propose pour les femmes est la symbiose logique et naturelle qui découle aujourd’hui de mes expériences passées. Rien de nouveau, tout est interrelié, remanié au goût du jour !
Dans mes activités artistiques, j’ai toujours privilégié le processus, la démarche, l’écoute de ce qui bouge à l’intérieur, plutôt que de rechercher le résultat, la finalité. J’ai d’ailleurs souvent remis en question les notions de beau ou de réussi et j’ai toujours aimé faire l’éloge de l’erreur ! J’aime le chemin et ce qui s’y passe, quand on prend la peine de s’y attarder, de tendre son oreille intérieure et oser entendre le subtile qui se meut, l’intime qui se révèle de façon discrète.
Cette subtilité de présence et d’écoute, je l’ai d’abord développé seule à seule dans la vie et puis face au tissu, quand j’expérimentais à l’aveugle la couture. Je l’ai ensuite grandement approfondi lorsque le tarot m’est littéralement « tombé dessus ». Cette ouverture à l’énergie, aux mystères en filigrane, à la lecture entre les lignes a été une grande découverte lorsque j’ai su que j’avais un don. C’est à partir de cette posture que j’accompagne les femmes ; à partir de cet état de réceptivité intuitive.
Voici l’extrait d’un post que j’ai écrit il y a plusieurs années sur mon blog concernant ma pratique du tarot : « Depuis de nombreuses années, j’ai développé la croyance que tout est partout et en tout. Je m’explique ; il me semble que toutes les réponses, les clés, les solutions se trouvent déjà là, à portée de main et qu’il suffit de tendre le bras pour les cueillir, un peu comme l’on cueille un fruit mûr. Cependant, pour pouvoir le faire, il est nécessaire d’être dans un état de réceptivité maximal, de connexion avec soi-même et son environnement pour capter ces éléments subtils qui sont comme en suspension autour de nous. Loin d’être dans cet état en permanence, je le cultive en ralentissant le rythme global de ma vie, en me mettant en état de dépouillement (matériel, relationnel, environnemental) afin d’y voir plus clair. Vous me suivez ? Non ? Normal, je parle ici de sensations, de ressentis…. Rien de tangible, rien de rationnel… » Si vous voulez en savoir plus sur ma vision des choses et plus spécifiquement sur ma pratique du tarot : www.taromancienne.canalblog.com
De plus, je suis très attachée aux rituels que j’ai réintroduits dans ma vie personnelle et ensuite très naturellement dans ma pratique. Pour moi, ritualiser c’est redonner du sens à ce que l’on vit, honorer les passages, les moments importants, les changements et le faire à notre façon, selon nos besoins. Je l’ai toujours fait de façon instinctive ; aujourd’hui, je le propose dans le cadre de mon accompagnement.
La ritualisation d’un moment, d’un deuil, d’un tournant est une manière de manifester concrètement ce qui est vécu à l’intérieur. Pour ce faire, j’aime proposer la création personnalisée d’un objet symbolique. La couture est mon moyen d’expression de prédilection car il y a la matière que l’on peut couper, déchirer, assembler facilement et coudre à la main est en soi un acte d’intériorisation, de rencontre avec soi, une forme de méditation. Les travaux d’aiguille (couture, broderie, tissage, dentelle, tricot…) ont toujours été des formes de rituels initiatiques dans la vie des jeunes filles et des femmes. On en trouve de nombreux exemples dans les contes !
Pour en savoir plus sur mes créations en textile, www.artstextiles.canalblog.com
Ainsi pour résumer, ma façon de concevoir la vie et de la vivre est non seulement cohérente avec la vision de mon travail d’accompagnante mais est fondamentalement liée, subtilement et profondément imbriquée dans l’ensemble de qui je suis.
Christine

N’hésitez pas à partager ce site sur vos réseaux sociaux !